FIFA
#Coupe du monde de Beach Soccer de la FIFA

Le Groupe d’étude technique se prépare pour la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, É.A.U. Dubaï 2024™

FIFA, 5 févr. 2024

FIFA
left
right

L’édition 2024 de la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA™, qui suscite un vif intérêt, débute le 15 février à Dubaï. Placée sous le triple signe du spectacle, des prouesses physiques et de la technique, la compétition réunit 16 équipes bien décidées à repousser toutes les limites pour conquérir le titre suprême de la discipline.

Cette 12e édition s’annonce particulièrement compétitive, malgré l’absence de la Russie, qui avait remporté le titre chez elle, en 2021. Quintuple lauréat de l’épreuve, le Brésil compte naturellement parmi les favoris. Finaliste malheureux il y a trois ans, le Japon nourrit lui aussi de grandes ambitions. L’Italie aborde ce rendez-vous avec le statut de championne d’Europe en titre, ce qui lui confère quelques responsabilités. De leur côté, la RI Iran et le Portugal auront sans doute à cœur de se mêler à la lutte pour le titre. 

Les rencontres se composent de trois périodes de 12 minutes, avec une pause de trois minutes. Les matches se déroulent sur un rythme élevé, où les arrêts de jeu sont rares. De ce fait, les buts sont généralement assez nombreux. Les remises en jeu rapides et le fait que les joueurs puissent marquer de n’importe quelle position sur le terrain produisent des confrontations très intenses. Physiquement, techniquement et psychologiquement, les joueurs doivent faire face à des conditions très exigeantes. Chaque équipe se compose de cinq joueurs (dont un gardien de but), mais en raison des remplacements illimités et de la nature imprévisible de la surface de jeu, les rebondissements sont monnaie courante.   

Le Groupe d’étude technique de la FIFA sera présent à Dubaï pour assister aux 32 matches au programme, afin de produire une analyse technique, tactique et physique exhaustive de la compétition. Emmené par Arsène Wenger, le directeur du Développement du football mondial de la FIFA, le Groupe d’étude technique pourra également s’appuyer sur l’expertise de Matteo Marrucci (ITA) et Dejan Stanković (SUI), deux fins connaisseurs du beach soccer qui ont fait leurs preuves en tant que joueurs et entraîneurs. Tous deux ont fréquenté les terrains de football traditionnels avant de se tourner vers le sable, marchant ainsi sur les traces d’Éric Cantona, Zico, Alessandro Altobelli, Romário, Caludio Gentile ou encore des frères Van de Kerkhof. 

En 2024, leurs héritiers ont pour noms Edson Hulk (BRA), Marco Giordani (ITA), Chiky Ardil (ESP), Catarino (BRA), Bê et Leo Martins (POR), Ozu Moreira (JPN) et Moslem Mesigar (IRN). Ce sont eux qui, dans les semaines à venir, ne manqueront pas d’émerveiller les spectateurs par leur talent et leurs gestes techniques époustouflants.

Le Groupe d’étude technique

Matteo Marrucci

Matteo Marrucci dispute son premier match de beach soccer avec l’équipe d’Italie en 2011. Par la suite, il participe à trois Coupes du Monde de Beach Soccer (2011, 2015 et 2017), finissant quatrième lors de ces deux dernières tentatives. À partir de 2017, il s’oriente vers le métier d’entraîneur, d’abord à Pisa Beach Soccer puis au poste de sélectionneur de l’équipe d’Allemagne. Avec la fin de la pandémie de Covid-19 et la reprise du beach soccer, Marrucci rentre en Italie et devient entraîneur de Catania Beach Soccer en 2021. Il suit la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, Moscou 2021™ en tant que membre du Groupe d’étude technique. Cette édition 2024 au Émirats arabes unis marque donc sa seconde participation dans ce contexte. Entre ces deux compétitions, son parcours l’a mené aux Pays-Bas et aux Îles Turks-et-Caicos. Il est aujourd’hui de retour à Pisa Beach Soccer, club avec lequel il a remporté le championnat et la Coupe d’Italie en 2022, ainsi que la Supercoupe en 2023. 

À l’approche du coup d'envoi, Marrucci ne fait pas mystère de son enthousiasme :

« Je suis heureux de voir que l’Italie sera présente. Elle s’était inclinée face au Portugal en 2019 et n’avait pas pu se qualifier en 2021. Je suis curieux de voir ce que vaut cette équipe. Elle est actuellement championne d’Europe et elle peut donc légitimement espérer se qualifier pour les derniers tours. Toutefois, il n’y a pas de compétitions en Italie au mois de février et plusieurs internationaux disputeront leur première phase finale. »  

« À l’inverse, le mois de février est idéal pour les Brésiliens, qui sont en plein milieu de leur saison. Ce pays reste une référence incontournable de la discipline. Le Japon s’est invité en finale il y a trois ans et j’ai hâte de voir comment il s’est remis de sa défaite face à la Russie. Le Sénégal a terminé quatrième en 2021. Avec le Japon, le Belarus, la Colombie et le Sénégal, le Groupe C s’annonce très compétitif. » 

« Le Groupe B est à la fois le groupe le plus relevé et le plus intéressant : Espagne, Iran, Argentine et Tahiti. Les Tahitiens se sont déjà illustrés en Coupe du Monde en atteignant la finale à deux reprises, en 2015 et 2017. Aujourd'hui, une nouvelle génération a pris le relai et on peut s’attendre à des rencontres passionnantes. »

Dejan Stanković   

Dejan Stanković peut, lui aussi, faire valoir une riche expérience du haut niveau. Fort des 402 sélections glanées en 20 ans de carrière avec l’équipe de Suisse, notre homme a disputé six Coupes du Monde de Beach Soccer. Il s’était particulièrement illustré lors de la dernière édition organisée à Dubaï, en 2009. La défaite de la Suisse en finale face au Brésil ne l’avait pas empêché d’être élu meilleur joueur de la compétition, ni de s’adjuger le titre de meilleur buteur avec 16 réalisations. 

Au fil de sa carrière, Stanković a remporté quatre titres de champion de Russie (Lokomotiv Moscou), trois titres de champions d’Italie (Catane/Terracina) et deux titres de champion de Suisse (Grasshopper Club). Son passage au Lokomotiv lui a également permis d’ajouter une Coupe du Monde des Clubs à son palmarès, en 2017.  

Lui aussi s’attend à voir ces 11 jours de compétition aux Émirats arabes unis rythmés par des joutes aussi indécises que trépidantes.

« Nous allons certainement assister à des matches de très haut niveau. Les affiches seront très serrées pour la plupart. Bien malin qui pourrait prédire l’issue de certaines d’entre elles. Les équipes ne pourront pas s’économiser. Personne ne peut se permettre de prendre ses adversaires à la légère. Même les favoris comme le Brésil, le Portugal et l’Iran vont devoir prendre ces premiers duels très au sérieux. »

« Je connais très bien certains de ces joueurs. Ils ne manquent pas de talent et je m’attends donc à une compétition de très haut niveau tant sur le plan technique que physique. Ça va me faire drôle de ne pas être sur le terrain mais je suis impatient de débuter mon travail avec le Groupe d’étude technique. » 

Pascal Zuberbühler

Pascal Zuberbühler est expert footballistique et spécialiste des gardiens de la FIFA. Il fera profiter le groupe de son immense expérience. Cet ancien gardien de but de l’équipe de Suisse suit depuis maintenant plusieurs années toutes les compétitions de la FIFA, dont la Coupe du Monde de Beach Soccer 2021.

Au cours de sa carrière, il a passé sept années au Grasshopper, suivi d'un autre bail de sept ans au FC Bâle. La suite de son parcours l’a mené au Bayer Leverkusen (en Allemagne), à West Bromwich Albion et à Fulham (en Angleterre).  

Son verdict est clair : « Je n’ai pas joué au beach soccer, mais je suis conscient que le poste de gardien est très exigeant, dans cette discipline. Les gardiens doivent notamment garder le ballon en l’air, ce qui suppose un niveau technique exceptionnel, d’autant plus qu’ils participent activement à la construction du jeu. Ils ont de lourdes responsabilités et sont très impliqués dans le jeu offensif, directement et individuellement. La rapidité de leurs prises de décision et la qualité technique de chaque geste sont des éléments déterminants de leur jeu. »

« Lors de la dernière Coupe du Monde de Beach Soccer, en 2021, nous avons assisté à de très bonnes séquences de jeu. Quand on voit le niveau des équipes qui se sont qualifiées et surtout de celles qui ne se sont pas qualifiées, on ne peut s’empêcher de penser que cette édition sera particulièrement disputée. » 

« Bien entendu, je m’intéresse particulièrement aux performances des gardiens de but. Il y aura quelques grands spécialistes du poste à Dubaï. On retrouvera notamment deux candidats au titre de meilleur gardien de l’année : Leandro Casapieri (ITA) et Tiago Santos « Bobo » (BRA). En beach soccer, le poste de gardien est vraiment très exigeant. Nous allons donc observer attentivement les prestations des uns et des autres car nous nous attendons à une compétition très relevée. » 

COUPE DU MONDE DE BEACH SOCCER DE LA FIFA, É.A.U. DUBAÏ 2024™

Responsables de projet
Arsène Wenger – directeur du Développement du football mondial
Steven Martens – directeur de la division Développement du football mondial
Tom Gardner – chargé des performances et tendances du football

Experts techniques
Pascal Zuberbühler – expert footballistique senior
Matteo Marrucci – expert technique
Dejan Stanković – expert technique

Analyse des performances et tendances du football
Harry Lowe – chef d’équipe analyse des performances
Alessandro Foglino – analyste de performance

Contenu technique
Lisa Fallon – chargée du contenu footballistique pour la compétition

Calendrier des matches

La Coupe du Monde de Beach Soccer débutera le jeudi 15 février, avec l’entrée en lice du pays hôte face à l’Égypte, ainsi que les premiers matches des Groupes A et B.

Notez votre expérience

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

The site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.